Syndrome du bébé secoué

QU’EST-CE QUE LE SYNDROME DU BÉBÉ SECOUÉ ?

Secouer fortement un bébé abime le cerveau.

Le syndrome du bébé secoué désigne un traumatisme crânien non accidentel, entraînant des lésions du cerveau. Il survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s'occupe de l'enfant est exaspérée par ses pleurs.
Les enfants de moins d’un an (et surtout ceux de moins de 6 mois) sont les plus touchés par le syndrome du bébé secoué. En raison de la gravité des séquelles, aucun enfant ne doit être secoué, quels que soient son âge et la situation.

Si votre bébé ne respire plus, inutile de le secouer ; cela ne l’aidera pas et peut être responsable de graves lésions du cerveau. Composez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou mobile. Respectez les consignes du Samu en attendant leur arrivée.

mannequin-bebe-secoue1

Bébé secoué : quels symptômes peuvent y faire penser ?

Les symptômes surviennent immédiatement après le secouement.

Ils peuvent être en rapport avec une atteinte neurologique grave :

  • une somnolence inhabituelle, des troubles de la conscience ;
  • une rigidité du corps ou au contraire une perte du tonus ;
  • des mouvements anormaux ou des convulsions (les bras et les jambes se raidissent ou se mettent à bouger de manière incontrôlable) ;
  • une difficulté à respirer ou des pauses respiratoires.

D'autres symptômes apparemment moins graves doivent cependant alerter :

  • une diminution de l'appétit, un refus de manger ou des vomissements sans raison apparente ;
  • une perte des sourires ou du babillage habituels ;
  • un moins bon contact, une extrême irritabilité, des pleurs inhabituels ;
  • des troubles oculaires : les yeux ont des mouvements anormaux, les pupilles sont de dimensions inégales, l'enfant louche ou ne suit plus du regard.

Face à ces symptômes, contactez les secours médicaux d’urgence. Un diagnostic et des soins précoces sont indispensables pour diminuer les séquelles neurologiques.

En attendant l’arrivée des secours, si le bébé présente des convulsions ou s’il vomit, placez-le sur le côté, en position latérale de sécurité : cela permet à sa salive ou à ses vomissements de s'écouler par la bouche, pour limiter le risque de fausse-route et d’étouffement.

Le diagnostic du syndrome du bébé secoué

Après son admission à l’hôpital, le bébé bénéficie d’un examen clinique approfondi. Les parents de l'enfant sont interrogés sur les circonstances de survenue des symptômes.
Des examens complémentaires sont réalisés pour rechercher d’éventuelles lésions :

  • un bilan biologique par prise de sang;
  • un examen ophtalmologique avec fond d'oeil;
  • un scanner cérébral ;
  • une IRM (imagerie par résonance magnétique) ;
  • des radiographies du squelette...

Si l'équipe médicale pense que l'enfant est victime d'un secouement, elle saisit dans les meilleurs délais le procureur de la République pour mettre en place immédiatement des mesures de protection de l’enfant. Le procureur décide des suites judiciaires à donner (enquête pénale...) Les parents sont informés du signalement et de la possibilité de porter plainte s’ils disent ne pas être en cause et attribuent le secouement à une autre personne.

Lorsqu’un bébé est secoué, des lésions cérébrales, oculaires et de la moelle épinière peuvent survenir même si la tête de l'enfant ne reçoit aucun choc. En effet, les nourrissons et les jeunes enfants ont une tête relativement grosse et lourde par rapport à leur corps. La musculature de leur cou est faible et leur cerveau est encore en développement. Il est donc plus sensible et susceptible d’être blessé par une secousse.

Sous l’effet des secousses, la tête du bébé se balance rapidement d’avant en arrière et son cerveau heurte les parois de son crâne. Des vaisseaux sanguins cérébraux peuvent être arrachés. D’autres blessures sont aussi possibles au niveau du cerveau et de la moelle, à savoir un écrasement du tissu cérébral contre la boîte crânienne à chaque secousse et un phénomène de cisaillement du tissu cérébral ou médullaire.

Les lésions les plus fréquemment observées sont des hématomes sous-duraux (collection de sang dans les espaces méningés) par rupture de veines périphériques du cerveau et des hémorragies rétiniennes (au niveau de la rétine des yeux). D'autres lésions neurologiques ou oculaires peuvent être constatées.

Les lésions cérébrales subies par les bébés secoués peuvent avoir des conséquences graves, nécessitant des soins spécifiques (éducation spécialisée, rééducation, orthophonie, etc.). Elles peuvent être responsables de :

  • retard du développement psychomoteur ;
  • troubles cognitifs et retard des apprentissages (lecture, parole);
  • troubles du comportement ;
  • convulsions;
  • paralysie ;
  • troubles de la vue ;
  • déficit auditif;

Source: Assurance Maladie (AMELI) du 28.01.2022

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,